Journée d’étude / Workshop Taxation, inequality & reciprocity le 29 septembre 2017 à l’EHESS

Mis en avant

Journée d’étude / Workshop le vendredi 29 septembre 2017 à l’EHESS

96 boulevard Raspail 75006 Paris – salle Lombard de 9h à 18h

The spectacular growth in the income share of the top percentile has led economists to focus on the influence that tax policy has had on income distribution.

In such a context, however, many other dimensions of stratification have been neglected. Values, social norms, and attitudes differ across countries and have measurable effects on tax compliance. But tax morale remains seen as a ‘black box’.

How can we explain the differences between behaviors towards taxation and a state’s legitimacy? Socioeconomic factors such as age, religion, gender, employment status, and educational background may have a significant impact on people’s level of tax morale.

How do low-income families view the tax system and how do they experience and understand fiscal rules? At the higher end of the income scale, how do the rich accept contributing (or not) in accordance with their wealth?

This workshop aims to analyze tax compliance using anthropological methods and historical data. It will also be an occasion to share different qualitative points of view.

9h Alexis Spire – CNRS Introduction: Taxation and social classes

10h Susana Narotzky – Universitat de Barcelona, Grassroots Economics (GRECO) ERC-project “Your money or your life!” How people underscore taxes as an attack to livelihood in Southern Europe

11h Samuel Weeks – Department of Anthropology, University of California, Los Angeles From « Belgian Dentists » to « Russian Oligarchs »: Luxembourg Private Banking and the Shifting Geographies of Its Clientele

11h45 Camille Herlin-Giret – EHESS Disentangle the various issue of wealthy people and tax consent: critical discourses, appeal for civism and quiet tax escaping

14h30 Lotta Björklund Larsen – Dept of Thematic Studies, Technology & Social Change, Linköping University “Legitimate Taxation. Values in Action at the Swedish Tax Agency”

15h15 Åsa Gunnarsson – Forum for Studies on Law and Society, Umeå University Rethinking the relation between the tax gap and tax legitimacy from a gender perspective

16h Roundtable: Networks and European projects around social sciences and tax

 

La vie des idées : l’art français de la déviance policière

Mis en avant

Dans La vie des idées, Jérôme Bosch décrit « L’art français de la déviance policière » 
L’interpellation violente de Théo à Aulnay-sous-Bois révèle les limites d’une police prompte à cibler certaines catégories de la population. Elle montre aussi que ces déviances policières ont des sources structurelles, largement ignorées par le Ministère de l’Intérieur.

Jérôme Bosch, « L’art français de la déviance policière », La Vie des idées , 3 mars 2017. ISSN : 2105-3030.

Mediapart s’associe au Bondy blog : les relations police / habitants après l’affaire Théo

Mis en avant

Mediapart s’associe au site d’information Bondy blog pour une soirée consacrée aux quartiers populaires.

Au programme de l’émission :
< Les relations police/habitants après l’affaire Théo et la mort d’Adama Traoré
< Les nouvelles opportunités économiques face au défi du chômage
< Entretiens avec la directrice d’école Véronique Decker et la réalisatrice Alice Diop.

Jérémie Gauthier sur France 24 dans Le Débat : l’affaire Théo en France. Police-banlieue, le risque d’une rupture inéluctable ?

Mis en avant

Jérémie Gauthier intervient le 14 février 2017 dans l’émission Le Débat sur France 24, pour débattre avec Louis-Georges Tin, président du CRAN, Jean-Marie Vilain, maire UDI de Viry-Châtillon (Essonne) et Alexandre Langlois, secrétaire général de la fédération CGT-Police au sujet de l’Affaire Théo en France : police – banlieue, le risque d’une rupture inéluctable ?

Rapports ordinaires à l’État

Mis en avant

Le carnet « Face à l’État » rend compte du travail des chercheurs impliqués dans le programme ANR Pratiques et représentations ordinaires face à l’État coordonné par Alexis Spire.

Tandis que la majorité des travaux de sciences sociales sur l’État porte sur ses agents, ses institutions et son fonctionnement, notre projet s’en distingue en centrant l’attention sur les administrés : comment les populations gouvernées perçoivent et se confrontent au pouvoir étatique ? Dans un contexte de remise en cause systématique des interventions de la puissance publique, le projet PROFET (acronyme de Pratiques et représentations ordinaires face à l’État) propose une enquête ambitieuse et pluridisciplinaire sur les rapports ordinaires à l’État en France.

Il porte sur des représentations et des pratiques qui ne sont pas nécessairement politiques mais qui sont révélatrices d’un rapport aux institutions publiques. Scolariser ses enfants, payer ses impôts, ester en justice, se mobiliser pour sa sécurité sont autant de situations où les gouvernés sont aux prises avec le pouvoir de l’État. L’ambition de ce projet est d’aborder ces questions en combinant des méthodes quantitatives et qualitatives et en multipliant les échelles d’observation. Le premier enjeu est de bâtir et d’exploiter un questionnaire inédit adressé à un panel représentatif de la population française et consacré aux différentes façons pour un même individu d’affronter le pouvoir de l’État. Le deuxième volet comprend quatre enquêtes ethnographiques sur les rapports à l’impôt, à l’école, aux forces de l’ordre et à la justice, à partir de terrains urbains et ruraux, ainsi qu’une enquête transversale sur le rapport à l’État des street-level bureaucrats.

Ce projet qui réunit des spécialistes de différentes disciplines (sociologie, science politique, droit, histoire, sciences de l’éducation) sera structuré par trois axes de réflexion : la socialisation à l’État, les inégalités dans l’accès aux services publics et les stratégies qui en découlent (résistance, négociation et consentement).

Un tel programme a vocation à renouveler les travaux sur l’État et à construire en France un nouvel espace de recherches qui puisse s’insérer dans des collaborations avec d’autres pays européens.