Rapports ordinaires à l’État

Mis en avant

Le carnet « Face à l’État » rend compte du travail des chercheurs impliqués dans le programme ANR Pratiques et représentations ordinaires face à l’État coordonné par Alexis Spire.

Tandis que la majorité des travaux de sciences sociales sur l’État porte sur ses agents, ses institutions et son fonctionnement, notre projet s’en distingue en centrant l’attention sur les administrés : comment les populations gouvernées perçoivent et se confrontent au pouvoir étatique ? Dans un contexte de remise en cause systématique des interventions de la puissance publique, le projet PROFET (acronyme de Pratiques et représentations ordinaires face à l’État) propose une enquête ambitieuse et pluridisciplinaire sur les rapports ordinaires à l’État en France.

Il porte sur des représentations et des pratiques qui ne sont pas nécessairement politiques mais qui sont révélatrices d’un rapport aux institutions publiques. Scolariser ses enfants, payer ses impôts, ester en justice, se mobiliser pour sa sécurité sont autant de situations où les gouvernés sont aux prises avec le pouvoir de l’État. L’ambition de ce projet est d’aborder ces questions en combinant des méthodes quantitatives et qualitatives et en multipliant les échelles d’observation. Le premier enjeu est de bâtir et d’exploiter un questionnaire inédit adressé à un panel représentatif de la population française et consacré aux différentes façons pour un même individu d’affronter le pouvoir de l’État. Le deuxième volet comprend quatre enquêtes ethnographiques sur les rapports à l’impôt, à l’école, aux forces de l’ordre et à la justice, à partir de terrains urbains et ruraux, ainsi qu’une enquête transversale sur le rapport à l’État des street-level bureaucrats.

Ce projet qui réunit des spécialistes de différentes disciplines (sociologie, science politique, droit, histoire, sciences de l’éducation) sera structuré par trois axes de réflexion : la socialisation à l’État, les inégalités dans l’accès aux services publics et les stratégies qui en découlent (résistance, négociation et consentement).

Un tel programme a vocation à renouveler les travaux sur l’État et à construire en France un nouvel espace de recherches qui puisse s’insérer dans des collaborations avec d’autres pays européens.